TEXTE DE

VALÉRIE SCHLEE

Corpus Naturae par Sabrina Ambre Biller

Sous les frondaisons, le périple des peaux.
Dans l’inclémence des remparts, l’ombre rechigne.
Glaner le dénuement, froisser le spectacle du matin entre nos mains.
Se manifester dans la lumière, les yeux accrochés au fourreau du désir.
Effroi de l’attache, dépasser l’attente et oser, oser le détour,
les érectiles, un soleil et son reflet, sans ombre un instant.
Bois verts indifférents, à la volée ouvrir une parenthèse sur l’unique bémol.
Décanter les sons dans la déperdition du paysage.
Variante de la rivière, les falaises s’écartent, place aux anciens bains.
Piétinements du corps sur la pierre polie, l’eau te prend.

Les bras noués autour du corps, se traverser.
Tremper les mains dans les boulets rouges, les porter à sa bouche.
Brûler la langue, cesser de respirer.
Entre dedans et dehors, un flot circule, minuscule s’affole le petit moi.
Ne pas être entraîné dehors et vouloir se répandre.
Plus de parois nulle part, le corps tombe,
il veut tomber, il voudrait ne pas tomber,
appelle une peau pour redéfinir les contours ou un mur s’y encastrer.
Ça va s’arrêter, arrête ça mais arrête ça, revêts-moi d’une robe incarnat
serrée serre-moi, plaque tout ça au mur.

Mon corps épandu entre ta peau et la pierre,
souffler, essorer ce qui reste de langue morte.
Rase les murs, érase ma voix, timbre édenté.
N’arrivera pas le son à passer le mur.
Le dos au mur, se laisser descendre écorchée.
Plainte juste plainte, son informe, découdre ce qui voudrait sortir ensemble,
démembrer l’unité, regarder ce qui reste.
Tomber à terre : je ne meurs pas, dis-le encore, je ne meurs pas.
Lire recousue dans un cuir solide,
cueillir les feuilles de ta voix entre tes mains équitables.

Irriguée, faire entrer ta voix dans la chambre, la laisser agir sans préalable.
Se mettre dans l’angle mort, tension proche de la membrane.
Vibre la douleur dans ma voix, initiale sans appel.
Ta voix comme un gouffre, le vertige si sûr qu’elle procure.
Combiner des fins hypothétiques aux phrases pas finies.
Reprendre pied, revenir à ta voix, caresser ton visage,
ça va venir, t’aspirer par touches rapides.
Bruissant du monde en pause, place faite à l’enrouement, rester sans voix.
Une grande fatigue, le gros dos du mutisme, bientôt sans bras,
les mains inertes, tenter une consolation.

Ô le nouage sous les lambeaux des seins, l’artifice intact de la doublure des mots.
A l’endroit de la défaillance, courber la crainte,
souffler sur l’étincelle de la sécheresse.
L’allusion en réduction, le possible d’un dialogue, s’y fondre à flot, laver l’éveil.
Se dresser interloquée par la rigueur et l’irruption d’un traffic.
Dans l’instabilité du phénomène, graver les indices juste ça
et altérer l’opposition bruyante de la fable, de la fusion.
Détour en éclipse, dater la répétition, boucler le malaise.
Sur la toile dressée, poser, imposer et filer très vite,
furtive insoumise, finale des mots, pas vue pas prise et l’oubli l’oubli.

Les lèvres se déclinent en palette incomplète.
La figure refuse l’apparence de la matière.
Un éclat de côté, improbable débat, interroge la tension.
Sous la chemise du plaisir, un objet parasite la querelle de la chair
Contre l’impensable misère, dans la bouche l’accès vertical devient
le seul acte possible, frou frou de mots, un sourire vrai un sourire.
Le visage filtre une ébauche d’autre chose
non plus un mot après l’autre, non plus un mur de mots
mais la liesse du liant, la corde pour remonter ou descendre,
rejoindre l’autre colline où se suspendre à l’interligne.

TEXTE DE JULIETTE LOUBESSISILDepuis le début du temps j’attends Éclaboussée des saisons qui me parent Enveloppée de nuit Je rejoue l’éternité des fleurs et du feu Celle des ventres qui s’arrondissent Du lien frêle qui se tisse Des cicatrices d’un velours douloureux...

TEXTE DE .JACK ALANDATerre de nos vices – dans le creux de tes vallons ton désir ardent, souverain, si généreux, embrase et dissout le temps.

TEXTE DE MANUEL RAZAFINDRABE  20 20Lespugue, Laussel et Dolní Věstonice Ont longtemps célébré la rondeur de tes seins, L’arc de tes cuisses et la douceur de tes reins. Berceau archaïque de notre humanité, Ton ventre fécond a plusieurs fois engendré Des rêves...

TEXTE DE EVE CORNET  LA MUSE Un jeune homme a écrit un poème pour une fille qui fêtait ses seize ans : « Tel le dit Elohim, Eve naquit d’un(e) côte Et menée par la vie, sa jeunesse envolée A vivre ainsi sa vie elle fut amenée Sans que la vague pousse aux récifs de la...

TEXTE DE DAVID WICKER  Scarifié, sacrifié mais debout. Existence toujours vacillante qu’un seul battement met en route. Corps prêt à faillir, à s’échouer, à disparaître. Peut-être ? Abîme au bord duquel se dépose un temple de chairs en couleurs. Que cachent ces...

TEXTE DE ISAURE BOUSSEYROUX Sous des avalanches de brume, je m’indiffère Au Requiem grégorien et austère. La sphère Qui tourne comme un doux disque mécanique. Celui-ci accroche mes griffures cyniques. Là-haut sur le trépied de l’espérance Des scarifications exquises...

TEXTE DE NICOLAS BENDRIHEN La fleur qu’on a soufflée Se pose, hésite, s’envole à nouveau. Fin de l’été.

TEXTE DE PASCALE DRIGUEZ * Car rien ne fait naufrage ou ne se plaît aux cendres. Et qui sait voir la terre aboutir à des fruits, Point ne l'émeut l'échec quoiqu'il ait tout perdu. Je suis née du fond du fleuve Amazone Avec les miens animaux et humains Les bras du...

TEXTE DE ANTOINE VETRO Je suis Raechel. Au village on m’appelle Doctoresse. À l’université, un professeur amoureux de moi, un vieux monsieur dont le corps, chaque matin, semblait s’être reconstitué dans le musée d’anatomie, faisait Shabbat et me disait, Ardente jeune...

TEXTE DE MONIQUE DÉSORMEAUX Rêves Des branches dressées, des bras qui s’élèvent, Droits, rigueur et vigueur, venus des profondeurs du solTels des menhirs celtiques. Deux bras ou branches écartées l’un et l’autre Par un espace hexagonal. Les ailes déployées d’un...

TEXTE DE XAVIER DOUMEN Le moment d’y voir  Ça passe  À perte de vue Choses qu’on oublie  Qu’elles me traînent M’avalent, recraché Le moment d’y croire Le moment d’y croire Ça passe Ça se passe Le spectacle sous nos yeux Se frayer un passage Déverse Le moment d’y...

TEXTE DE CHRISTIAN PASTRE  ELLESource de tout physis des temps premiers force sans norme chair du monde Elle d’avant la distinction chair géante de roche et de feuille mère et fille fille et mère sainte herbe sœur granite Puissance forçant la vie désir emplissant les...

TEXTE DE JULIEN BRUN  « Un souffle s’envole Silence Errance Une caresse frivole » L’obscurité s’empare du ciel. Mes yeux se ferment. S’ouvre un monde invisible, peuplé de formes mouvantes, indécelables. Un monde empli d’offrandes, constellé de paradoxes où les mots...

TEXTE DE MARIE-LINE BIASON  ÇA SENT BON LA PLUIEDans ton ventre, ça sent bon la pluie. C’est extraordinaire cette odeur d’humidité fraîche qui se mêle aux souvenirs de la chaleur harassante qui s’évapore enfin, à l’ombre d’un instant qu’on n’attendait plus. Ça sent...

TEXTE DE AMANDINE GLÉVAREC  Je ferme les yeux, je ne suis rien. Je ferme les yeux, je ne suis rien, je suis tout, je suis toi. Je ferme les yeux, je t’entends, toi qui pousses en moi, je t’entends, toi qui vis en moi, je m’entends, moi qui bats en toi, je m’entends,...

TEXTE DE AURÉLIE POMÈS  MAGMA DE SOID'emblée ce qui peut attirer le regard ce sont ses couleurs jaunies, verdies, orangées qui dévoilent un hors champ des "sous" exposées à l'excès en négatif et gorgées de lumière d'un noir ébène à des points aveugles. Quelque chose y...

TEXTE DE VÉRONIQUE VIALADE MARIN  EURIDICEAbandonner la lumière Le rai de clarté La voûte bleue   Quitter la clairière L’herbe folle et rubanée Le jonc aux fleurs aigües   Suivre un cri d’oiseau L’aile d’un papillon L’ombre chenue D’un hêtre   Pénétrer...

TEXTE DE MYA MORIN Allongée sur l’herbe, nue, se dessine sur mon corps, le reflet du ciel. Jeu des nuages sur mon corps au goût de miel, Caresse paresseuse, mélange voluptueux qui s’associe à ma chair Magique comme un miroir, des vagues extraordinaires, Se dessinent...

TEXTE DE DOMINIQUE MARIN  VENUS D'ILLENon, Non, Mérimée n’a pas enfoui sa Vénus d’Ille sous les eaux du Têt des Pyrénées-Orientales.  Non, Isis n’est pas parvenue à retrouver le phallus d’Osiris, son cher époux au corps démembré et noyé dans le Nil. Une image suffit...